Retour aux chants

Cureghem

Chant de la faculté des étudiants en médecine vétérinaire

Devenir vété n’est pas une sinécure,

Il faut avoir une mémoire d’éléphant,

Il faut braver ruades et morsures,

Et puis surtout les profs pendant six ans.

 

Quelle que soit la vie,

Flandre ou Wallonie,

Dans un régiment

Ou au milieu des paysans,

On fera la noce,

On roulera sa bosse,

Mais qu’on foute le camp,

De cet ignoble, de cet ignoble,

Mais qu’on foute le camp,

De cet ignoble établissement.

 

Doué en stat, expert en génétique,

Pascal Leroy est sans doute théorique

Mais en pratique tous ses disciples se marrent,

La sélection engendre de bons culards.

 

Refrain

 

Sourire charmeur, tu es un gros planqué

En autopsie, tu pointes jamais ton nez

Beau décolleté, t’es sûre d’être pistonné

Daniel Desmecht, aime bien les bonnets D.

 

Refrain

 

Baguette en main, devant ses étudiantes,

Fait-il de même avec ses assistantes ?

Playboy Lekeux, les chevaux asthmatiques,

Lui il s’en fout, c’est pas ça qui l’excite.

 

Refrain

 

Gueule de ciné, séducteur de mémères,

C’est Henroteaux, protecteur des toutous,

Soyez-en sûrs, pas une ne désespère,

De lui passer un jour la corde au cou.

 

Refrain

 

Pauv’ Pastoret, t’as l’air bien cachectique,

Est-ce l’IBR qui t’a dépucelé ?

T’as découvert la passion herpétique,

Sans la viro, on t’aimerait bien P.P.

 

Refrain

 

L’anatomie, ça commence par les fesses,

Même pour Collin, enseignant distingué,

Talons ferrés, ondulant en souplesse,

Bernard Collin, séduit même les mofflés

 

Refrain

 

L’air souriant derrière son microscope,

Cécile Dessy, nous parle des embryons,

Mais en session, c’est la reine des salopes,

Pour faire des points faut être beau garçon

 

Refrain

 

Grand échalas en combinaison blanche,

Chewing-gum Coignoul, partout il met les doigts

En anapath, sur tous les trous se penche,

Cadavre ou pas, il faut faire gaffe à toi.

 

Refrain

 

Horreur des ch’vaux, fuyant devant les vaches,

Le petit Nicks nous vient de l’extérieur,

Peut-être qu’aux cours, il joue le bravache,

Mais qu’un chat pète et il s’enfuit de peur.

 

Refrain

 

Barbe de curé où tous les poux s’agitent,

Bertrand Losson élève les parasites,

Dans son anus, les oxyures profitent,

Et Haemonchus toujours qui l’excite.

 

Refrain

 

La vache Thiry, tu nous donnes de l’herpès,

Prions pour toi que folle tu n’ deviendras,

Garde tes microbes, ils nous mettent mal à l’aise,

Viroshima, en juin nous explosera.

 

Refrain

 

Célibataire, fétichiste endurci,

J-F Beckers rêve d’être un spéculum,

Pour découvrir les petits secrets des filles,

Et pour pouvoir devenir un jour un homme.

 

Refrain

 

Bouillon d’culture, ou bien vrai soupe au lait,

Sensei Mainil, les microbes dans l’ambiance,

Gram + Gram -, il faut positiver

Les colonies, c’est pas pour les vacances.

 

Refrain

 

Anesthésiste, roi des soporifiques

Le p’tit crollé, le cheval c’est son dada

Tous les matins, fait le roi en clinique

Ça c’est Serteyn, le cheval t’y toucheras pas.

 

Refrain

 

Fourche à la main, et langage de culto

Louis Istasse ricane sous sa moustache

Pour ta ration, c’est un triple zéro

C’est con pour toi, elle est crevée la vache.

 

Refrain

 

OGA, une fille, ça sent l’fouiller rectal

Christian Hanzen semble avoir le bras long

Tu l’as dans l’fion, son exam de chacal,

Ovair’booké, t’en prends pour tes gallons.

 

Refrain

 

Crâne d’oeuf à fond, sur tout ce qui a un rumen

Rollin complexe sur son alopécie

Grand pessimiste, sa logorrhée nous gêne

T’es sans ami, seuls les vaches t’apprécient

 

Refrain

 

Beau brun en blouse, qui s’tape ses secrétaires

C’est Balligand, le pro d’l’orthopédie

Tout droit sorti d’la cuisse de Jupiter

Et les grosses bêtes te donnent de l’allergie

 

Refrain

 

Look de garçonne, sourire plein d’ironie,

Cécile Clercx flaire bon l’hypocrisie,

Pouffe fan des PIFs, qui a l’esprit tordu,

Son endoscope, elle peut se l’mettre dans le cul !

 

Refrain

 

Qu’ils soient à poils, à écailles ou à plumes,

Des animaux, nous guérirons les maux,

De l’empirisme, nous dissiperons les brumes,

La vérité sera notre flambeau.

 

Refrain

 

A l’Yser les poilus

A Cureghem les couillus.

Publié par

John